Budget 2016 – ANNEXE 11 : ENVIRONNEMENT ET ÉNERGIE (HORS AGRICULTURE)
Partager

Voir le rapport : 2016_ANNEXE_11 (les temps d’interventions sont limités par une durée proportionnelle à la représentativité dans l’hémicycle)

Vignette_alahmerAnnie Lahmer

« Madame la Présidente, nous assistons à un enterrement de première classe de votre promesse de campagne de faire de l’Île-de-France la première écorégion d’Europe. En dépit des sophismes que vous employez en pointant par exemple, dans d’autres domaines, telle ou telle ligne budgétaire plus ou moins liée à l’environnement, ce budget est un retour en arrière dramatique sur les engagements de notre Région pour l’environnement. Alors que nous sortons de la COP21, qu’une prise de conscience quant à la fragilité de notre planète se généralise, nous assistons à un saut dans le passé. Entre l’annulation des fonds de compensation carbone, la baisse de 4,6 millions d’euros pour les déchets, la baisse de la subvention à Airparif, alors même que votre politique de l’air est l’une des rares rescapées des coupes budgétaires, l’effondrement du financement des politiques de l’eau et énergie climat, bien qu’il s’agisse de vecteurs essentiels de la préservation de l’environnement et de la transition énergétique, l’amputation de moitié du budget de l’agence des espaces verts de la Région, la disparition de Natureparif, protection des milieux naturels et politiques de diversification et de qualité des produits agricoles, chacune rabaissée d’un million d’euros, nous avons affaire à un budget qui fragilise l’équilibre environnemental de notre région et qui compromet son avenir quand il ne met pas tout simplement en jeu notre santé. Il est vrai que le Parti Républicain est le parti du gaz de schiste, ne l’oublions pas.

Comme dans tous les domaines, la cure d’austérité imposée aux Franciliennes et aux Franciliens frappe de plein fouet le tissu associatif pourtant vital pour notre cohésion sociale. Ce sont 150 associations nécessaires à l’éducation à l’environnement que vous mettez en difficulté. Ce sont aussi les jardins partagés, lieux de lien social, qui risquent de disparaître. Ce sont 420 emplois d’insertion que vous mettez en danger. Avec ce budget, entendez-vous faire de l’Île-de-France la première région éco inconsciente d’Europe ? Il n’est pas trop tard pour préserver nos engagements communs, au-delà des différences partisanes, pour notre environnement. Écologistes, nos critiques veulent avant tout lancer une alerte et faire prendre collectivement conscience des risques que vous faites courir, par une vision purement comptable des choses, à l’environnement de notre région. Cet environnement est notre région elle-même et nous espérons que vous saurez entendre nos propositions et comprendre qu’il n’y a rien à gagner à vouloir faire des économies sur nos biens communs et notre avenir. »