Budget 2016 – ANNEXE 10 : TRANSPORTS ET MOBILITÉS
Partager

Voir le Rapport : 2016_ANNEXE_10 (les temps d’interventions sont limités par une durée proportionnelle à la représentativité dans l’hémicycle)

Vignette_psernePierre Serne

« Madame la Présidente, Monsieur le Vice-Président, chers collègues, pour résumer notre position sur cette annexe transports, d’abord, contrairement à ce que vous avez martelé – d’ailleurs vous n’utilisez plus trop l’expression, ni vous ni votre Vice-Président – il n’y a pas de révolution des transports dans ce budget. Comme Stéphane BEAUDET l’a déjà anticipé dans nos interventions, pour l’essentiel, ce budget reprend ligne à ligne les politiques volontaristes qui étaient menées depuis plusieurs années, tant sur la remise à niveau du réseau de transports de la région que sur son développement et notamment tous les grands projets d’infrastructure (prolongement de lignes de métro, schéma directeur de RER, création de trams), à l’exception d’un, le tramway T1 sur lequel nous reviendrons. La seule nouveauté de ce budget est le retour en force affiché de la route. Quoique vous en disiez et quoique vous en pensiez sans doute sincèrement, c’est à l’inverse total du sens de l’histoire et de la science, contrairement à ce que vous avez dit tout à l’heure, en tout cas à l’inverse de ce que font désormais toutes les grandes métropoles mondiales. C’est surtout du pur affichage lorsqu’on sait qu’aucun gestionnaire de voiries, à commencer par l’État, est en capacité aujourd’hui d’apporter sa part de cofinancements correspondant à ce que vous avez budgété et qui n’apparaissent d’ailleurs dans aucune programmation votée à ce jour. Autrement dit, vous faites avec le budget routier ce que vous nous reprochez d’avoir fait les années passées, à savoir inscrire des AP fictives en sachant d’avance qu’elles ne seront pas consommées.

Puisqu’on parle des AP non consommées, venons-y. Non, toutes les AP non consommées ne sont pas forcément du gel, de l’insincérité ou même de la mauvaise prévision budgétaire et vous le savez très bien. Ce sont même parfois des stratégies utiles à l’avancée de certains projets. Ainsi, sur les 400 millions d’euros de non-consommation pour 2015 que vous stigmatisez dans vos interventions, s’il y avait certes une partie de gel qui se traînait d’année en année depuis bien longtemps et qui est loin d’être une découverte, puisqu’elle apparaissait chaque année au moment du compte administratif, il y avait aussi par exemple 150 millions d’AP prévus pour le prolongement du RER E EOLE. Ces AP devaient bien figurer dans notre BP 2015 pour le cas souhaité où le tour de table financier tant attendu aurait été bouclé cette année-là. Ce n’est d’ailleurs pas la faute de la Région si cela ne s’est pas fait, mais le fait même de les inscrire de notre côté était un signal fort de notre volonté d’avancer et de mettre pression tant sur l’État que sur les autres collectivités qu’en son temps vous aviez d’ailleurs soulignée et approuvée. De la même façon, sur d’autres projets, si nous n’avions pas inscrit d’AP, nous aurions pu fragiliser leur lancement et vous nous auriez d’ailleurs accusés de ne pas être au rendez-vous. Combien d’autorisations de programme nous avez-vous proposé d’ajouter l’an dernier au BP 2015 ? Des dizaines de millions que vous nous avez proposé d’ajouter par amendements, qui auraient été impossibles à dépenser et qui seraient venus gonfler ces fameux 400 millions que vous nous reprochez aujourd’hui. Par exemple, vous nous avez reproché, ces dernières années, à grands cris, de ne rien inscrire sur les schémas directeurs des RER, alors même que ceux-ci étaient à l’époque financés par la Société du Grand Paris et que les inscrire dans notre budget serait revenu pour le coup à ne faire qu’un pur affichage d’AP qui n’auraient jamais été sollicitées. Quelle incohérence.À l’inverse, inscrire des AP difficiles à ouvrir par manque de projets identifiés, mais sur des sujets cruciaux, comme sur le fret ferroviaire, était une manière de dire haut et fort la disponibilité financière de la Région et sa volonté de voir émerger des projets dans ce secteur. D’ailleurs, quand nous avons malgré tout diminué par réalisme certaines de ces lignes budgétaires, vous avez crié au scandale et exigé qu’elles remontent aux niveaux antérieurs. Comprenne qui pourra, d’autant que dans certains cas, vous les mettez carrément à zéro aujourd’hui.

En tout cas, en collant au réalisé 2015, sachant que nous sommes déjà en avril et que vous ne pourrez jamais ouvrir l’ensemble des AP prévues, vous proposez en fait un budget en baisse réelle, sans parler des crédits de paiement d’investissement qui ne permettent pas de payer les factures reçues, alors même qu’elles montent en puissance puisque nous n’avons jamais eu autant de chantiers en cours. Nous le constaterons d’ailleurs au compte administratif 2016, mais je prends d’ores et déjà le pari que le réalisé 2016 sera en nette baisse par rapport au réalisé 2015. Ce sera finalement une première inversion de la courbe de l’investissement transport dans notre région pour la première fois depuis de nombreuses années. Car oui, ce budget 2016 fait des impasses très regrettables et des baisses de crédits qui auront des répercussions lourdes. Ne rien prévoir ou afficher des baisses de crédits importantes pour les protections phoniques le long des infrastructures de transport, pour le fret et la logistique, pour les bus en site propre, pour le vélo sont autant des coups de freins annoncés à des politiques clés de la mobilité durable sur lesquelles la Région est très attendue, notamment par les collectivités et les acteurs du secteur. Ce sont concrètement des projets qui vont s’arrêter ou ne pas commencer, voire être tués comme nous pouvons le craindre pour le prolongement du tram T1 sur lequel vous baissez drastiquement les crédits et annoncez de nouvelles études qui marquent réellement l’arrêt de mort d’un projet tant attendu par des dizaines de milliers d’habitants du 93, sans parler des habitants du 92 qui attendaient eux les nouvelles rames liées à ce prolongement. Bref, votre projet transports est bien lui aussi hélas un budget de régression et n’est sûrement pas la révolution annoncée. Merci. »