Comptes administratifs 2016 : la communication de Mme Pécresse se heurte à l’épreuve des chiffres
Partager

[Communiqué de presse EELV&A]

Les comptes administratifs sont l’occasion de mesurer l’impact concret des décisions politiques d’un exécutif. Les chiffres ne trompent pas … et leur réalité imparable fait s’écrouler les efforts de communication de la droite régionale.

La présidente d’Île-de-France répète depuis des mois qu’elle fera de la région une collectivité d’investissement. Les chiffres disent l’inverse : baisse de 90 millions d’euros entre 2015 et 2016 alors qu’entre 2014 et 2015 il y avait une hausse de 38 millions.

« C’est incroyable de continuer à raconter l’inverse de ce que démontrent les chiffres, souligne Mounir Satouri. J’aurais préféré que la Présidente nous explique pourquoi il y a une baisse et comment elle compte y remédier, mais la droite se mure dans la posture et la communication. »

Globalement, la baisse des investissements est aussi complétée par une baisse de 105 millions d’euros en fonctionnement. Les écologistes soulignent qu’il est dangereux de se réjouir de ces baisses parce que celles-ci se traduisent par des baisses drastiques des politiques à destination des Franciliennes et des Franciliens. Quelques chiffres sur les dépenses sectorielles : -12% en culture, -8% dans l’apprentissage, -20% dans les politiques de la ville, -75% pour les actions citoyennes, -83% sur la mobilisation des fonds européens, -75% au soutien aux associations environnementales, -13% dans les transports.

« Nous réprouvons la vision essentiellement comptable des politiques publiques de la droite, s’insurge l’élu. La richesse de notre région est avant tout humaine. Les coupes sombres dans l’accompagnement des Franciliennes et Franciliens dégradent durablement tout ce qui faisait sens pour la cohésion sociale, la solidarité, la santé, le développement humain et n’engagent aucune mesure ambitieuse pour la lutte contre le dérèglement climatique et la protection de l’environnement. ».

Pour les écologistes, un budget ne se compte pas en grandes masses, en notation financière AAA, mais se regarde dans les détails. Ce que les écologistes voient dans les comptes administratifs de l’exécutif régional, ce sont des investissements étalés dans le temps, malgré les annonces, des paiements de factures repoussés, des PPP dont la région supportera les effets que dans 5 à 10 ans, un déménagement hors de prix qui grèvera les finances régionales sur le long terme mais aussi – et c’est sans doute le plus grave – un recul de la présence publique régionale au cœur des territoires…

« Quand on creuse derrière vos beaux discours, malheureusement, on voit une région qui s’endette. Qui s’endette, peut-être pas tant facialement, mais qui s’endette profondément… », a déploré le Président de groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *