CR 41-16 : ACTION RÉGIONALE EN FAVEUR DU LOGEMENT. ENGAGMENT EN FAVEUR DES CLASSES MOYENNES.
Partager

Voir le Rapport : CR_41-16 (les temps d’interventions sont limités par une durée proportionnelle à la représentativité dans l’hémicycle)

Motion de rejet n° 5 (EELVA) présenté par Mounir Satouri.

« Votre rapport qui, selon vous, tente de favoriser la mixité sociale, ne nous semble pas correctement orienté. Le financement de la production de logements sociaux intermédiaires est seulement intéressant en termes de mixité sociale quand il renforce une offre de logements locatifs sociaux PLAI et PLUS. Une telle délibération conduirait certaines communes, refusant de construire du logement social pour les plus démunis, à renforcer leur offre de logements à destination de populations déjà présentes sur leur territoire. En ce sens, ce rapport mérite d’être rejeté. »

Vignette_jespargiliereJuliette Espargilière

« La situation de l’emploi en France et en Île-de-France, l’incertitude sur l’avenir des acquis sociaux et l’onde de choc des crises financières traversées par notre pays ont frappé les plus faibles le plus durement et fragilisé les classes moyennes. Ces habitants inquiets face à la forte diminution de leur part de revenu disponible nous demandent d’améliorer leurs conditions de vie. Cela passe naturellement par une politique de logement qui le rende accessible et suffisant.

Néanmoins, privilégier les logements sociaux n’est ni un caprice ni un luxe. Vous nous soumettez une substitution en proposant aux communes, se trouvant trop belles pour loger les plus pauvres, une aide pour construire des logements pour les classes moyennes. Notre rôle n’est pas d’être arrangeant avec les villes voulant s’affranchir de leurs obligations légales. Nous voulons une Région qui loge tous ses habitants et du logement de qualité participant à la lutte contre la précarité énergétique et contribuant à la réduction des inégalités territoriales. Construire du logement intermédiaire est positif. Nous n’opposons pas les habitants entre eux en matière de logement. Tous les efforts doivent être faits pour tous, mais le foncier n’est pas une ressource infinie, surtout en cas de limitation souhaitée de l’étalement urbain. Pousser le logement intermédiaire au détriment du logement social et très social est un biais idéologique indéniable, puisque vous opposez solidarité et responsabilité. Le juste milieu est-il l’indifférence ? La Région que nous voulons dessiner offre un logement et du vivre-ensemble. Ce n’est pas votre proposition. »

Vignette_crufetCorinne Rufet

« Contrairement à ce qui est affirmé à travers ses propos liminaires, la Région Île-de-France finance le PLS dans les communes excédant 40 % de logement social. Travaillant dans le logement social, un certain nombre de mes opérations ont bénéficié de ce financement PLS au titre d’une délibération de commission permanente de 2014.

Par ailleurs, nous débattons tous de la question du logement social et des financements PLUS, PLAI et PLS avec beaucoup de théorie. En réalité, la construction d’un immeuble de logement social nécessite beaucoup de temps. Un terrain trouvé en 2011 se transforme en opération livrée en 2015. Face à vos propos sur la loi DUFLOT, je précise que la quasi-intégralité des opérations livrées en 2015 et des agréments donnés en 2014 et 2015 concernent des projets lancés en 2013 et 2014. La réalité de la construction de logement social prend du temps. Vos deux délibérations affichant peu de concertation avec les acteurs du logement social. Nous voterons donc contre ce rapport. »