Des installations sportives pour tou-tes et respectueuses de l’environnement !
Partager

L’Île-de-France est un territoire vaste en besoin de rééquilibrages. C’est le cas aussi pour ce qui concerne les installations sportives. Le rapport présenté par le nouvel exécutif régional n’est, selon les écologistes, pas à la hauteur.

Aussi, sous prétexte de « simplification », l’exécutif régional décide une nouvelle fois de mettre fin à une critérisation qui permettait d’inciter à la construction d’installations sportives de qualité et plus respectueuses de l’environnement. Face à ces reculs dommageables, les élu-es écologistes ont une nouvelle fois tenu à défendre une vision différente, en proposant des installations sportives accessibles à tou-tes et éco-responsables.

« Les infrastructures sportives en Île-de- France sont très inégalement réparties sur le territoire. Si il est possible de tirer des enseignements sur les causes, notamment par l’utilisation d’argent public dans l’organisation des JOP en 2024, il est important de porter des solutions pour l’avenir. Sur ce volet important, votre rapport ne dit rien. Ne propose rien. », regrette notamment Annie Lahmer. « Avec la refonte des règlements d’interventions vous supprimez tous les critères qui, s’ils pouvaient être insuffisants ou inopérants pour certains, avaient la vertu de proposer des pistes et vous avez tout simplement supprimé tous les critères environnementaux qui existaient avant. »

Cette décision de la droite régionale révèle une nouvelle fois le déni total de l’urgence climatique et le manque de volonté des partis productivistes de prendre en compte la question environnementale dans leur grille d’analyse.

« Un an après la COP21, il nous semblait évident que la lutte contre le dérèglement climatique, notamment par la course à l’excellence énergétique des bâtiments, à la préservation de la qualité de l’eau et de la biodiversité serait une priorité régionale… Et vous avez purement et simplement oublié tous les critères d’éco-conditionnalité ! », rappelle l’élue. « Pas une seule fois les mots environnement, climat ou énergie positive dans ce rapport sur le sport en Île-de-France ! », ajoute Corinne Rufet.

Par voie d’amendements, les écologistes ont tenté de réintégrer ces critères et de favoriser le recyclage des zones déjà urbanisées.

« Il faut penser l’ensemble des nouvelles constructions à l’aune de politiques environnementales et de renouvellement des territoires », rappelle Corinne Rufet. « Nous avons besoin de prendre en compte les coûts de démolition dans une région où le foncier est rare, cher et souvent pollué. »

Des aspects essentiels qui n’ont malheureusement pas été jugés importants par l’exécutif régional. Le groupe Europe Ecologie Les Verts & Apparentés a donc décidé de ne pas soutenir ce rapport ne permettant pas de favoriser un rééquilibrage territorial et d’inciter à la construction d’installations sportives plus respectueuses de l’environnement.