La politique régionale du sport doit s’appuyer sur les bénévoles
Partager

Les petites structures et petits clubs franciliens participent à la promotion de la pratique du sport pour toutes et tous. Ils jouent un rôle primordial dans la détection, l’accompagnement des plus jeunes et, surtout, garantissent un lien social et promeuvent les bienfaits du sport sur la santé.

Loin des démarches d’excellence en termes de résultats sportifs, ils sont trop souvent oubliés. Il convient que la région les mette en valeur dans les « victoires sportives de l’Île-de-France ».

C’est le sens de l’amendement qu’Annie Lahmer a défendu en assemblée régionale. A coté des 19 millions d’euros réservés en 2017 pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024 à Paris, l’exécutif régional aurait pu faire un geste en direction de ces femmes et ces hommes qui donnent leur temps et leurs moyens pour la pratique du sport pour tou-tes. Il n’en a rien été et notre demande a été rejetée d’un revers de main.

« La droite régionale semble penser que c’est surtout grâce à la promotion du sport de haut niveau que la pratique du sport se développe.« , s’inquiète Annie Lahmer. « C’est en partie vrai mais pour nous, écologistes, l’excellence réside essentiellement dans la dévotion des bénévoles pour un sport amateur, de loisir plutôt que dans le sport de haut niveau. Et c’est grâce à tou-tes ces bénévoles que le sport de haut niveau français reste dynamique.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *