Lettre ouverte aux futur-es député-es d’Île-de-France : mettre un terme à l’urbanisation démesurée sur notre territoire
Partager

[Communiqué de presse EELV&A]

La campagne des législatives en Île-de-France est l’occasion pour plusieurs candidat-es de se positionner en faveur des grands projets d’aménagement franciliens. Sous couvert d’alibis écologiques peu convaincants, ces projets consommeront les terres agricoles et naturelles dont nos habitant-es ont tant besoin. Les élu-es écologistes du Conseil régional d’Île-de-France tiennent à rappeler à tou-tes ces candidat-es qui brandissent des arguments pseudo-environnementaux qu’il n’est de véritable écologie que dans la protection de nos espaces naturels existants.

Les projets comme EuropaCity, concentration d’activités sur le Plateau de Saclay, voie ferroviaire privatisée du Charles de Gaule Express, nouveaux centres commerciaux, inflation des routes ou poussées urbanistiques sont délétères pour la préservation de notre environnement.

Les grands groupes privés qui les soutiennent tentent d’éblouir les Francilien-nes et les élu-es avec le miroir aux alouettes de la création d’emploi et de développement économique. En réalité, ils ne font que déplacer des emplois existants et fragilisent les commerces de proximité, ils consomment des millions d’euros d’argent public et désorganisent l’aménagement de notre territoire en créant des pôles centralisés qui assèchent les autres territoires.

A tou-tes les candidat-es aux élections législatives qui s’improvisent écologistes et n’ont pas pris la peine de lire l’ensemble des rapports, analyses et études sur l’aménagement du territoire, le groupe des écologistes au Conseil régional Île-de-France souhaite rappeler quelques principes simples pour  un développement harmonieux de notre région sans mettre en péril l’avenir des habitant-es :

–       prioriser le recyclage des friches industrielles et commerciales, c’est arrêter la consommation d’espaces naturels et agricoles
–       ne pas concentrer les activités pour équilibrer les ratios emploi/habitat sur l’ensemble du territoire, c’est limiter les besoins en déplacements quotidiens des habitant-es,
–       soutenir l’emploi durable, c’est redynamiser le commerce de proximité, l’agriculture locale et biologique, les PME et TPE sur tout le territoire, non sur des pôles concentrés,
–       préserver les terres agricoles et naturelles, c’est être capable d’imaginer de nouveaux modes de productions agricoles et de regarder un territoire « vierge » sans y projeter une future route, un nouveau centre commercial ou un centre d’affaires.

Depuis plus de 50 ans, les écologistes s’engagent pour limiter les effets néfastes sur l’environnement de l’artificialisation des sols tout en favorisant le développement d’emplois durables et non délocalisables. Des milliers de citoyen-nes se sont déjà engagé-es sur cette voie.

C’est essentiel pour la préservation de la santé de toutes et tous.