Loger les SDF revient moins cher que les laisser à la rue, alors « on attend quoi ? »
Partager

[Communiqué de presse EELV&A]

A l’occasion des débats budgétaires 2017, les écologistes proposent un amendement pour la mise en place en Île-de-France d’un dispositif innovant pour sortir les sans-abri de la précarité.

Lancé début 2011 dans 4 grandes villes de France (Paris, Lille, Marseille et Toulouse), le programme « un chez-soi d’Abord » consiste à offrir, sans conditions, un logement aux personnes démunies et un encadrement spécifique qui répond à leur situation médicale, psychologique et sociale. Après 6 ans, le programme d’expérimentation montre que près de 86 % des bénéficiaires sont sur une trajectoire d’insertion pérenne. Dans le même temps, les personnes précaires qui bénéficient uniquement des aides classiques ne sont que 20% à se réinsérer.

« Nous savons maintenant que l’aide aux précaires est inopérante, si on ne s’occupe pas d’abord de les loger », intervient Julien Bayou, « Au contraire si on donne un toit à ces personnes, nous leur donnons plus de chances pour sortir de la précarité ».

Ce programme repose sur 3 piliers :

–       Un logement durable sans conditions ;

–       Une formule de location qui sécurise le bailleur et le locataire ;

–       Un accompagnement pluridisciplinaire par des professionnels de santé, des intervenants sociaux, des spécialistes du logement et des médiateurs.

Ce programme est une solution efficace qui sort les personnes de leur souffrance psychologique, médicale et sociale. Il montre également que cette prise en charge est moins couteuse pour les pouvoirs publics. 17 000 euros a minima pour un accompagnement classique contre 14 000 euros dans le cadre de ce programme.

« Si les pouvoirs publics prennent en charge le loyer des sans-abri, les personnes sont mieux accompagnées et cela revient moins cher à la collectivité », ajoute l’élu, « Un dispositif gagnant-gagnant, qui a mobilisé en quelques jours plus de 2500 personnes [1] qui invitent la droite régionale à accepter notre proposition. Cette mobilisation exceptionnelle doit amener les élu-es à ne plus se payer de mots et enfin agir. »

Lors des débats, l’exécutif régional, conscient de la pertinence de la proposition des écologistes n’a pas rejeté l’amendement mais l’a transformé en déclaration d’intentions annexée au budget.

En réponse, les écologistes ont rappelé à l’exécutif l’impérieuse nécessité de mettre des actes derrière les paroles.

« Comme je l’ai rappelé à V. Pécresse, le premier rôle des élu-es est de garantir un toit à toutes et tous. Pour que la mise en œuvre de notre proposition ne se limite pas à une conférence et pour qu’elle soit suivie d’actes, j’invite tout le monde à continuer à se mobiliser pour amener la droite régionale à mettre de l’argent sur la table.», conclut Julien Bayou.

 

[1]  Site de la mobilisation : http://www.julienbayou.fr/logeons-les-sdf