Plus de 40 ans après sa création, l’AEV est menacée de disparition par V. Pécresse
Partager

[Communiqué de presse]

En ce début d’année, V. Pécresse confirme sa volonté de supprimer l’AEV (Agence des Espaces Verts) pour intégrer une partie de ses missions aux services de la Région. Sur ses conseils, son Député remplaçant Pascal Thévenot et le Député-Maire de Versailles François de Mazières ont ainsi récemment déposé un amendement à l’Assemblée nationale en ce sens.

L’Agence des espaces verts, créée en 1976 sous l’impulsion d’Edouard Bonnefous, Maire de Versailles et de Gérard Larcher, Maire de Rambouillet, avait pour mission de protéger les ceintures vertes régionales forestières et agricoles et d’aider les collectivités à acquérir des espaces verts pour les protéger au travers des PRIF – périmètres régionaux d’intervention foncière.

Or, la Région souhaite désormais limiter son action aux zones carencées en espaces verts, c’est-à-dire essentiellement Paris et la première couronne, et vendre les espaces situés en dehors de ces zones. Or 95% des PRIF se trouvent en grande couronne, dans les espaces les plus agricoles et forestiers de l’Île-de-France.

Les espaces de nos PRIF seront ainsi vendus à des propriétaires privés alors même que l’ouverture au public figurait dans les principes fondateurs et intangibles de l’AEV. Les terres agricoles seront fragilisées par des mitages, des ventes déguisées en donations, des urbanisations sauvages, contre lesquels nous luttons.

La fin de l’AEV signifie également l’arrêt des subventions aux collectivités de grande couronne pour l’acquisition ou l’aménagement de parcs, forêts, jardins familiaux, coulées vertes… La faible augmentation des contrats ruraux, accessibles uniquement aux petites communes, cache en réalité une baisse drastique des moyens mis à disposition des communes de grande couronne pour améliorer le cadre de vie naturel des Francilien.ne.s.

Enfin, la majorité régionale a décidé de mettre fin au service d’éducation à l’environnement de l’AEV qui, depuis près de 20 ans, a permis à des enfants, du CP au CM2, en partenariat avec l’Education nationale, de découvrir la nature. Les animations nature organisées par l’AEV, qui remportaient un grand succès, n’auront plus lieu.

A l’heure où les questions de pollution de l’air touchent toute l’Île-de-France, et non seulement Paris et sa première couronne, à l’heure où nos concitoyen.ne.s ont davantage besoin d’espaces forestiers ouverts au public et d’espaces agricoles préservés, la logique adoptée par V. Pécresse est incompréhensible.

Nous réaffirmons avec force notre attachement à la protection des espaces fonciers agricoles, verts et forestiers régionaux et à l’AEV, outil fidèle et efficace de la préservation de notre cadre de vie.

Didier Mignot, administrateur de l’AEV pour le groupe FDG/PCF/PG/Ensemble/RS du Conseil régional d’Île-de-France
Corinne Rufet, administratrice de l’AEV pour le groupe EELVA du Conseil régional d’Île-de-France
Rama Sall, administratrice de l’AEV pour le groupe SR du Conseil régional d’Île-de-France
Roseline Sarkissian, administratrice de l’AEV pour le groupe SR du Conseil régional d’Île-de-France
Mélissa Youssouf, administratrice de l’AEV pour le groupe SR du Conseil régional d’Île-de-France